Organisation Métier Produits Trading Forex Services

Organisation

Vers le menu MARCHESImprimer cette pageTélécharger un chapitre
L'organisation du système financier français a été marquée ces 20 dernières années par un certain nombre d'évolutions qui ont permis d'aboutir à l'organisation actuelle.

Les réformes

Les réformes mises en place dans les années 1985 - 1986 avaient pour ambition de créer un marché de l'argent moderne, attrayant et unifié dont les échéances iraient du jour le jour au très long terme, qui serait accessible au plus grand nombre et proposerait des instruments au comptant, à terme et des options.

Par opposition à la structure précédent, le marché devient « out the bank ». On parle également de marché libre (open market).

N'étant plus strictement interbancaire, de nombreux intervenants peuvent emprunter ou placer des capitaux directement sans avoir recours aux Banques qui, de ce fait, perdent leur monopole et les poussent à évoluer de leur simple rôle d'établissement de crédit à celui de conseiller et d'intervenant sur les marchés.

Notons que ces réformes ont été menées parallèlement à l'abandon progressif du contrôle des changes (entre 1985 et 1989) ainsi qu'à la levée progressive de l'encadrement du crédit (entre 1985 et 1987).

La nouvelle organisation se présente schématiquement ainsi :

Structure des marchés

Le marché monétaire

Créé en 1985, il s'agit véritablement d'un marché de l'argent à court terme. C'est le marché sur lequel se négocie la monnaie nationale. Il est composé :

  • du marché interbancaire, accessible aux Banques, avec abandon du « fixing » de l'argent au jour le jour qui peut donc être négocié à différents taux tout au long de la journée (avec néanmoins l'intervention possible de la Banque de France).
  • du marché des TCN (titres de créances négociables), accessible selon les instruments (billets de trésorerie, bons à moyen terme négociables, certificats de dépôt négociables, bons des institutions financières spécialisées) aux Banques, SICAV, agents de changes, compagnies d'assurances, caisses de retraites, entreprises, voire aux particuliers.

Le marché des valeurs mobilières

Familièrement dénommé « La Bourse », déjà décrit mais ayant subit des modifications, notamment la mise en place de la cotation en continu, la suppression de la double cotation (comptant et terme), l'informatisation des cotations.

Le marché des changes

Il est constitué par l'ensemble des opérations d'achat/vente ou de prêt/emprunt en devises.

On notera que ce marché existait également dans l'ancienne structure.

Le marché des produits dérivés

  • Le MATIF (MArché à Terme International de France) qui est destiné à protéger les emprunteurs et investisseurs des fortes variations de taux d'intérêts et de cours.
  • Le MONEP -http://www.monep.fr (Marché des Options NEgociables de Paris) qui a démarré son activité le 10 septembre 1987, est placé sous l'autorité du Conseil des Marchés Financiers (CMF) et géré par ParisBourse SA, qui en assure l'organisation, le bon fonctionnement.
    Les instruments financiers à terme admis sur le MONEP sont des contrats d'options et des contrats à terme ferme sur valeurs mobilières ou sur paniers et indices de valeurs mobilières.

Répartition des produits

On a pu voir que les nouvelles structures proposaient un découpage des produits par marchés. Il est possible cependant d'établir des classements sous d'autres critères.

Il existe ainsi un découpage par produits. Celui-ci constitue notamment, selon le degré relatif de compatibilité, la base des « arbitrages ».

On distingue ainsi :

  • Les produits traités de gré à gré (en anglais OTC : Over The Counter) ou sur un marché organisé. Le gré à gré suppose que chaque opération est unique et négociée uniquement entre les 2 contreparties. Au contraire dans les marchés organisés (exemple : les marchés à terme) les produits sont standardisés et directement comparables.
  • Les produits dits de « bilan » ou de « hors-bilan ». En simplifiant, les opérations ne concernant que des échanges de prix sont considérées comme hors-bilan alors que les autres, c'est à dire celles entraînant des mouvements de capitaux affectent le bilan (sauf exception).
  • La « consistance » du produit qui peut être ferme ou optionnel.
  • Les produits négociables ou non. Les produits de trésorerie classique ne sont pas négociables. Les produits ayant un support physique sont négociables. Il en est de même pour certains instruments présents sur les marchés à terme.

Haut de page Haut de page

RECHERCHE
MARCHES
BANQUES
MONNAIES

 

Hit-Parade des sites francophones