Organisation Métier Produits Trading Forex Services

Ratios et IAS

Vers le menu BANQUESImprimer cette pageTélécharger un chapitre
Destiné à mesurer la « santé » d'un établissement financier, tout employé de banque en a sûrement entendu parler au moins une fois.

Les principes

Le ratio Cooke est un ratio prudentiel destiné à mesurer la solvabilité des banques (et établissements assimilés).

Le ratio Cooke a été institué en 1988. Par extension, un ratio moyen est également calculé pour les pays, par rapport aux plus grandes banques de celui-ci.

Il a été élaboré par un comité, réuni à Bâle, composé des banques centrales et des autorités de surveillance des 10 pays siégeant auprès de la B.R.I. (Banque des Règlement Internationaux).

Il porte le nom du président du Comité de Bâle de cette époque. Au niveau Européen, on le nomme ratio de solvabilité.

A noter que les règles décrites ci-dessous n'ont aucune portée réglementaire. A l'usage, cependant, les pays les intègrent dans leur propre réglementation.

Le calcul est effectué d'après le rapport entre les fonds propres (capital pur) et quasi fonds propres (réserves + certaines provisions + titres subordonnés) et l'ensemble des engagements, pondérés selon la nature de l'emprunteur. Le ratio Cooke doit respecter 2 exigences :

  • (fonds propres + quasi fonds propres) / ensemble des engagements > 8%
  • fonds propres / ensemble des engagements > 4%
FOCUSLes fonds propres

Ils assument un rôle de garantie vis à vis des créanciers en montrant la capacité de la banque à faire face à ses engagements.

Ils permettent le financement d'opérations de croissance interne ou externe.

Ils sont généralement supérieurs aux exigences réglementaires.

Un taux de pondération est appliqué aux engagements figurant au bilan et hors bilan. Ce taux correspond à 4 classes de risque :

  •  RISQUES FIGURANT AU BILAN
    • Pondération à 0% pour les créances sur les états de l'OCDE. Il s'agit du risque le plus faible.
    • Pondération à 20% pour les créances sur les banques et collectivités locales de l'OCDE.
    • Pondération à 100% pour les crédits accordés aux entreprises ou aux particuliers. Il s'agit du risque le plus fort.
  •  RISQUES HORS BILAN
    • Pondération de 100% à 0% pour les engagements non liés aux cours de change et aux taux d'intérêt.
    • Pondération à 100% pour les engagements liés aux cours de change et aux taux d'intérêt.

Les limites

Au fil des années, cette version du ratio a montré quelques limites :

  • Inadaptation des pondérations face aux bouleversements qu'a connu la sphère financière depuis 10 ans : explosion des activités de marchés, mise en place de nouvelles technologies accélérant la circulation de l'argent, naissance de nouveaux instruments, sophistication juridique des acteurs, etc.
  • Non prise en compte du capital économique plus adapté pour mesurer les risques réels que le simple capital réglementaire.
  • Mauvaise prise en compte des risques souverains démontrée par les récentes crises de certains pays émergents.

Des discussions ont donc été engagées en vue d'une réforme du mode de calcul du ratio Cooke.

La refonte s'articule sur 3 axes:

  • Affiner le traitement des risques de crédit par le renforcement de l'outil d'évaluation pour mieux adapter le niveau des pondérations.
  • Mettre en place un dispositif de surveillance chargé de vérifier la concordance entre la stratégie des banques en matière de fonds propres et leur profil global de risque et disposant de suffisamment de pouvoir pour imposer un respect des règles.
  • Promouvoir une meilleure transparence dans la politique de communication des banques vis à vis des marchés en publiant des recommandations sur les informations que les banques devront dévoiler.

Haut de page Haut de page

RECHERCHE
MARCHES
BANQUES
MONNAIES

 

Hit-Parade des sites francophones