Organisation Métier Produits Trading Forex Services

Restructuration

Vers le menu BANQUESImprimer cette pageTélécharger un chapitre
Les années 1990 ont vu bien des bouleversements en ce qui concerne le système bancaire français.

Établissement bancaires

L'économie aussi bien au niveau mondial que national a connu d'importantes transformations au début des années 1990.

  • Mondialisation accroissant la concurrence et obligeant les banques françaises à se rapprocher des critères de rentabilité internationaux,
  • Transformation des anciennes économies collectivisées vers une économie de marché,
  • Sur le plan national, baisse de la demande de crédit, hausse de la demande en conseils et services.

Ces transformations ont été accompagnées par le retrait quasi total de l'Etat du secteur bancaire (87 banques ont été privatisées de 1986 à 1994).

Il convient de noter que ces restructurations se sont réalisées dans une relative douceur puisque le nombre guichet est resté pratiquement constant et le nombre d'employés a diminué lentement et progressivement.

Jusqu'en 1995, on a plutôt observé des mouvements de réorganisation : opérations de fusions à l'intérieur d'un même groupe (Banques Populaires, Caisses de Crédit Agricole, etc.), prise de contrôle de petits établissement par des grands.

A partir de 1996, nous avons eu à faire à des opérations de concentration et de prise de contrôle : Indosuez par le Crédit Agricole (1996), Crédit du Nord par la Société Générale (1997), Natexis par les Banques Populaires et CIC par le Crédit Mutuel (1998), Paribas par la BNP et Crédit Foncier par les Caisses d'épargne (1999).

D'autres opérations ont suivi : prise de contrôle du CCF par le groupe HSBC (2000), rapprochement Caisse des Dépôts et Consignations / Caisses d'épargne (2001), prise de contrôle du Crédit Lyonnais par Crédit Agricole SA (2003).

Au final, les données quantitatives sont les suivantes (source = rapport annuel 2003 du CECEI) :

  • Nombre d'établissements de crédit en 1993 : 1 649,
  • Nombre d'entrées de 1994 à 2003 : 283 (créations, restructurations, changement de catégorie),
  • Nombre de sorties de 1994 à 2003 : 1 007 (cessation d'activité, restructurations, changement de catégorie, retrait d'agrément),
  • Nombre d'établissements à fin 2003 : 925.

Entreprises d'investissement

Les Entreprises d'investissement (notamment les « ex-Courtiers de Banque » pour la partie qui nous intéresse) n'ont pas été épargnées par ces mouvements bancaires. En effets, la réduction globale du nombre d'établissements de crédit a bien entendu entraîné une diminution du nombre de contreparties potentielles.

Ceci a bien entendu accentué la concurrence entre les différents établissements.

Sur la période allant de 1996 à 2003, les chiffres sont les suivants :

  • Nombre d'Entreprises d'investissement en 1996 : 132
  • Nombre d'entrées de 1997 à 2003 : 202 (créations, restructurations, changement de catégorie - dont 66 pour les maisons de titres).
  • Nombre de sorties de 1997 à 2003 : 168 (cessation d'activité, restructurations, changement de catégorie, retrait d'agrément),
  • Nombre d'Entreprises d'Investissement en 2003 : 166.

Et à l'étranger ?

Des opérations de restructuration ont été observées dans tous les autres pays et notamment l'Europe : Allemagne, Espagne, Italie, mais aussi les États-Unis et le Japon (touché par ailleurs par une forte crise bancaire).

Ces opérations ont concerné aussi bien les Les Banques que les Brokers (ce que nous appelons Entreprises d'investissement).

Haut de page Haut de page

RECHERCHE
MARCHES
BANQUES
MONNAIES

 

Hit-Parade des sites francophones